La vieille qui voulait tuer le bon Dieu de Nadine Monfils

image

Echauffez vos zygomatiques parce que vous n’allez pas rester de marbre en lisant les répliques déjantées de Mémé Cornemuse dont on suit un fragment d’existence dans La vieille qui voulait tuer le bon Dieu. Je vous en dresse le portrait : plus que quelques cheveux blonds platine sur le caillou, barrettes roses fluo, sandalettes orthopédiques, adepte de William Cardimola de l’émission Belle toute nue, grande nymphomane et fan absolue de Jean-Claude Van Damne. Après un séjour en prison, elle s’est faite embaucher dans un immeuble en tant que concierge non pas pour s’occuper des locataires – loin de là – mais pour préparer le hold-up de la bijouterie d’en face. Premier accroc de son plan : Ginette, la voisine, a retrouvé, en rentrant chez elle, la dépouille sans vie de Marcel, son mari. Le crime n’est pas commun : voilà que Mémé Cornemuse retrouve le zizi de Marcel, dans le frigo, caché dans une boîte de camembert. Et c’est que le début des problèmes !

« Le curé de Pandore était occupé à faire blinquer son ciboire quand il vit débouler Cornemuse.〈…〉

– Salut, m’sieur l’abbé, je voudrais me confesser.

Reposant son ciboire sur l’autel du Seigneur, le serviteur de Dieu se demanda d’où débarquait cette étrange créature venue d’une planète inconnue 〈…〉 Vu l’énergumène, il sentit qu’il allait en avoir pour un bout de temps ! N’était pas du genre grenouille de bénitier celle-là ! Elle devait sûrement avoir un container de péchés à se faire absoudre. Il enfila son étole et prit place dans le confessionnal. Après avoir esquissé le signe de croix, il signifia à son ouaille qu’il était à l’écoute. Généralement, tous les fidèles commençaient par « Pardonnez-moi, mon père, car j’ai péché. » Pas cette nouvelle brebis égarée …

– Bon ça y’est ? grogna-t-elle. Vous avez fait vos salamelecs ? J’peux commencer ?

– Euh … Oui, bien-sûr, je suis tout oüie.

– Il est là, l’autre d’en haut, ou il reste assis sur son trône ?

♥ Politiquement incorrect, ce roman sort de l’ordinaire, c’est sans doute cela qui m’a séduite. Certes, le langage est très familier mais je me suis surprise à rire aux éclats à de nombreuses reprises et j’ai passé une excellent moment en la compagnie de Mémé Cornemuse. Alors laissez la mettre du désordre dans votre bibliothèque !

2 commentaires sur « La vieille qui voulait tuer le bon Dieu de Nadine Monfils »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s