La Mémoire des embruns de Karen Viggers

Prix des lecteurs 2016, La Mémoire des embruns est un roman à dévorer par un dimanche pluvieux et froid pour être en parfaite osmose avec l’atmosphère dans laquelle se trouve Mary, l’un des deux personnages principaux du roman de Karen – je te rassure il peut te plaire même si tu le lis un jeudi ensoleillé. Arrivée à la fin de son existence, elle décide, contre l’avis de sa famille, de retourner sur l’île où elle a vécu de nombreuses années avec son défunt époux. Renouer, raviver son passé lui est nécessaire pour espérer partir en paix. Bien-sûr les ingrédients essentiels à une intrigue efficace : mystères et trahisons – on dirait le titre d’un épisode d’Amour, gloire & beauté – sont justement dosés dans le livre. Le deuxième personnage que nous suivons est Tom, l’un des trois enfants de Marie, perdu dans une vie qui semble être la sienne mais à laquelle il est étranger depuis son retour d’Antarctique. La roman est vraiment saisissant. On le dévore en un rien de temps, pris par l’intrigue qui nous est narrée. On s’attend à la chute, il faut bien l’avouer que l’on voit arriver gros comme une maison, mais cela ne rompt pas le charme du roman. Les descriptions occupent une place importante et c’était donc pas gagné avec moi qui ne suis pas friande de ces pauses dans la narration mais elles ont le pouvoir de nous entraîner sur l’île de Marie avec une telle force que l’on se figure sans aucune peine le décor qu’elle nous peint. Un joli livre à déposer sur sa table  de chevet. 

Prologue 

Elle se trouvait à la cuisine quand cela se produisit : un coup sec et sonore frappé à la porte d’entrée. Le son rebondit dans là couloirs, sur le plancher et le porte-chapeaux, ricocha entre les portes coulissantes et la surprit en train d’essuyer la table en rêvassant – elle s’imaginait marchant sur une plage sauvage de l’île de Bruno. Elle réintégra d’un seul coup un corps plus vieux de cinquante années . Sa main, en dérapant, envoya une giclée de miettes au sol. Qui pouvait bien lui rendre visite à l’improviste ? Elle reprit sa canne. Derrière le verre dépoli de la porte d’entrée se découpait une silhouette – sans doute quelqu’un démarchant pour des bonnes oeuvre … Elle ouvrit les verrous. […] Soudain son pouls s’affola, déclenchant une crise comme elle n’en avait jamais eu. « Évitez tout choc émotionnel », lui avait conseillé le médecin …  la mort était censée être la dernière surprise. […] 

– Qu’est ce que tu veux ? Dit elle en desserant à peine les dents.

Les yeux vides d´expression, il passa de nouveau ses doigts dans sa maigre chevelure grise – un geste qui la ramenait au temps de leur première rencontre.  

3 commentaires sur « La Mémoire des embruns de Karen Viggers »

  1. Je l’ai vu à la Fnac et j’ai lu la 4ème de couv, je ne l’ai pas acheté car le personnage principal est une personnage âgé et j’avoue avoir une préférence dans les romans pour des protagonistes de mon âge (ça facilite l’empathie et l’effet miroir j’imagine…), je me dis que j’aurai tout mon temps après pour me mettre dans la peau d’un sénior 🙂 Mais si tu dis qu’on a du mal à lâcher le bouquin peut être que…

    Aimé par 1 personne

    1. Ha ha !!! Non mais je suis une lectrice compulsive donc tu mettrais peut être plus de temps que moi à le lire. Je t’avoue que les romans avec des personnes âgées me branchent de plus en plus parce que ça implique souvent une narration qui revient sur leur passé et c’est pour moi assez sympa 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s