Et je danse aussi d’Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat

IMG_1931

Alors que je déambule dans les rayons de la librairie à la recherche d’une lecture pour inaugurer le début des vacances estivales, une couverture colorée captive mon regard. Je ne sais pas si c’est le cas des autres amoureux des livres mais je suis extrêmement sensible aux titres des romans que j’achète. Il est essentiel qu’il vienne me saisir à un point tel que j’ai envie de commencer immédiatement la lecture. Le titre m’interpelle : Et je danse aussi. Une phrase interrompue. Un fragment qui tait ce qui précède. Je l’achète. L’histoire de ce roman épistolaire s’intéresse à deux personnages : un écrivain et l’une de ses lectrices qui le contacte, lui faisant parvenir une épaisse enveloppe au contenu mystérieux. Pierre-Marie Sotto a tout sauf envie de répondre à Adeline Parmelan et pourtant il se risque à adresser quelques mots polis à son admiratrice. Une correspondance va s’établir petit à petit et l’écrivain va comprendre, au fil de leurs échanges, que sa lectrice n’est pas si commune qu’elle semble le prétendre. J’ai savouré cette lecture durant le mois de juillet. La qualité principale du roman, exception faite de son intrigue, réside dans le fait d’avoir peint avec autant de minutie la psychologie des personnages principaux et secondaires. Je crois même que j’ai pris plus de plaisir à découvrir les protagonistes mineurs auxquels je me suis vraiment attachée. On aime tenter de démasquer Adeline Parmelan. On apprécie connaître peu à peu le passé de l’écrivain. On savoure la subtilité de l’échange. Un livre à amener dans sa valise de vacances. 

De : Pierre-Marie Sotto

A : Adeline Parmelan                                                                          

Le 24 février 2013

Chère Madame Parmelan, 

Rentrant de voyage ce samedi, je trouve dans ma boîte aux lettres cette volumineuse enveloppe portant votre adresse mail au dos. je suppose qu’il s’agit de votre manuscrit. en ce cas, je vous remercie de la confiance que vous me témoignez, mais je dois vous informer que je ne lis jamais les textes qu’on m’envoie. C’est le travail des éditeurs. Pour ce qui me concerne, je ne suis qu’écrivain et j’ai bien assez de mal avec ma propre écriture pour avoir la prétention de juger celle des autres. Je n’ai donc pas ouvert votre enveloppe. Je vous la retournerai dès lundi à votre adresse postale si vous me la communiquez. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop. Bien cordialement. Pierre-Marie Sotto. 

10 commentaires sur « Et je danse aussi d’Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s