Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

EEA1A01E-F1D3-40CF-8032-322CA024751A
« Attends. Il y a des règles. D’abord tu ne dois pas me toucher sauf si je te le permets. Je suis ta reine. Jure. J’ai acquiescé, je n’avais jamais vu de reine avant mais ça me paraissait logique aussi. »

J’ai passé un joli moment de lecture avec le premier roman de Jean-Baptiste Andrea. En 1965, Shell fugue de la station service où il vit avec ses parents. Il grimpe jusqu’au sommet d’un plateau, s’endort. A son réveil, Viviane l’observe. Elle lui fait jurer de lui obéir sans poser de question. Il accepte. Elle devient sa reine.

Entre poésie, enfance et grâce, le récit de Shell nous transporte dans un univers créé par deux enfants hors du commun. Shell, qui n’a jamais eu d’ami, découvre en Viviane une compagne de jeu fantasque et originale. En véritable monarque, elle exige un sacrifice sans se douter que Shell ne refuse rien à sa reine. 

Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly

« C’est un miracle toute cette beauté qui émerge après tant d’épreuves » 

C587113A-4560-4EAC-822B-D215468CED61

Je viens de terminer Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux et autant renoncer à tout suspense : j’ai été totalement transportée. L’intrigue se situe en septembre 1939 alors qu’Hitler vient d’envahir la Pologne et le roman se concentre sur trois femmes : Kasia, Herta et Caroline. La première, polonaise, s’engage aux côtés des résistants ce qui entraîne sa déportation, avec sa mère et sa sœur, dans le camp de Ravensbrück. C’est le personnage que j’ai trouvé le plus intéressant et le plus fouillé. Elle va devenir la cobaye d’une jeune médecin nazie, le deuxième  personnage dont on suit l’histoire, Herta, qui torture des prisonnières que l’on nommera Les Lapins. Enfin, Caroline, bénévole à l’ambassade de France à New-York, issue d’une famille aisée, vient en aide aux orphelins. Elle tombe amoureuse d’un homme qui sera, également, déporté et qu’elle va essayer de retrouver.

Exceptées quelques longueurs dans la troisième partie du roman, ce livre est une petite merveille à lire sans tarder. Il y a des passages assez difficiles surtout lorsqu’il est question de la vie à Ravensbrück. Pourtant, toute l’horreur qui est décrite a eu lieu et les personnages de Caroline et Herta ont vraiment existé. C’est bien écrit, captivant et fidèle aux événements historiques qui servent de toile de fond. J’ai appris énormément de choses sur le camp de Ravensbrück, sur la situation difficile de la Pologne après la guerre. Un roman réussi. 

Panettone de Noël aux pépites de chocolat | Thermomix

4C9C3648-2187-4651-97AA-5BB8BF606261.pngJe raffole du Panettone. Cette haute brioche, moelleuse et parfumée que l’on sert souvent à Noël. J’ai trouvé la recette sur le site de cookemix. Je n’avais ni raisins secs ni fruits confits, j’ai donc opté pour des pépites de chocolat. C’est parti. Il te faut :

  • 180 g de lait d’avoine
  • 2 sachets de levure boulangère
  • 400 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 60 g de cassonade
  • 80 g de beurre
  • 1 c à soupe d’arôme de fleur d’oranger
  • 1 c à soupe de rhum
  • 100 g de pépites de chocolat

Dans une casserole / dans le bol du Thermomix, faire chauffer le lait et la levure 2 min 37• vitesse 2. Dans un saladier ou dans le bol d’un robot pâtissier, ajouter la farine, la cassonade, le beurre, le rhum, la fleur d’oranger et le sel. Pétrir 5 minutes. Laisser la pâte lever 1h30. Dégazer la pâte et déposer dans un moule haut. Laisser lever 2h ou toute la nuit. Préchauffer le four à 180•. Faire une incision en haut de la pâte et ajouter une noix de beurre. Faire cuire 40/43 minutes.

Bruncher à Perpignan #3 | La Famille

A1648E3E-5E39-4CF3-BF62-0D1B2BC8BA2A
Il faut bien noter l’adresse | 3 bis rue François Marie Voltaire | car le restaurant La Famille vaut véritablement le détour culinaire. Dimanche dernier, nous y avons dégusté un fabuleux brunch. Mais parce que la décoration est au même titre que la nourriture un sujet qui me passionne, laisse moi te planter le décor. Quand tu rentres, à ta droite, se trouve le comptoir ; à ta gauche, un mur orné de bouteilles de vin. Plus loin, une immense verrière qui permet de loucher sur les plats qui s’apprêtent à être servis et des tables de deux, de quatre, de six, très conviviales qui meublent la grande salle. Au fond, un grand escalier, des citations inscrites au feutre sur les murs et des objets hétéroclites qui cohabitent dans ce bel endroit. Et dans l’assiette ? me demanderas-tu puisqu’on est quand même là pour ça. Eh bien, de la couleur, des saveurs et de sacrés bons produits. Quand nos plats sont arrivés, il était midi et autant dire que mon estomac criait famine depuis quelques heures déjà. Je n’ai donc pas été dans la mesure. Devant moi, se sont invités un bagel tirabuixo, mayo estragon, oignons confits, mesclun, perma culture ; des pancakes sirop d’érable, un avocado toast ricotta épinard, œuf mollet, une assiette américaine. Cela est rare mais j’ai accepté de partager avec mon cher et tendre ce festin. Question prix, on est bien plus cher que le Coffee Mood (dont je te parle ici) mais si on choisit une carafe d’eau en accompagnement – ou une boisson non alcoolisée – l’addition peut rester raisonnable. Elle grimpe un peu lorsqu’on commande une bouteille de vin ou/ et – plusieurs – bières. Par exemple, il faut compter 10 euros pour les pancakes, 12 pour l’avocado toast, 15 pour le bagel ce que j’estime être cohérent au regard de la qualité des produits.
Qu’ajouter d’autre si ce n’est qu’on se retrouve bientôt pour partager – ou non – un succulent brunch chez La Famille. 

Bruncher à Perpignan #2 | le Coffee Mood

 

D8DEDE90-4F67-4024-A9D6-72700F68A423

Non loin de l’ancien théâtre de Perpignan se trouve un café tellement sympa pour boire un café, déjeuner ou mieux bruncher : le Coffee Mood. Ouvert depuis un peu plus d’un an, c’est un endroit idéal pour dévorer des pancakes, des avocado toast, des bagels, des salades, des cheesecakes pour ne citer que les délicieux mets que j’ai pu déguster. L’accueil est souriant, le service extrêmement rapide, les prix raisonnables. Le décor esprit récup n’est pas sans me déplaire. Samedi matin, nous avons profité d’une promenade dans le centre ville de Perpignan pour aller y prendre un gargantuesque brunch. Au menu : des œufs Bénédicte – dont je raffole – deux assiettes de pancakes, un café et, juste pour la gourmandise, un cookie à la pâte à tartiner. Je dois avouer que ma préférence est tout droit allée aux œufs Bénédicte qui étaient tout simplement excellents ! Je ne leur ai laissé aucune chance. Je termine en beauté : le passage en caisse. 20 euros et des brouettes pour ce festin ! Le Coffee Mood se révèle donc être une super adresse pour bruncher le week-end, boire une boisson chaude, faire une pause gourmande. Un lieu qu’il est agréable de trouver dans le centre-ville perpignanais.