Bruncher en terres catalanes #1 | Federal Café | Girona

1B108600-3F6B-4D13-9689-67E3D7CC7527
Le week-end dernier, nous avons passé la journée à Gérone et nous en avons profité pour aller bruncher au Federal Café. Nous avons essayé deux autres adresses, auparavant, dont la célèbre Fabrica mais, selon nous, le meilleur endroit tant pour la qualité des produits que pour les prix reste le Federal. La carte joue pleinement sur le succès de la healthy food. Pas de panique, les graines et autres super aliments ne sont là que pour compléter les assiettes puisque cette adresse réussit l’équilibre parfait entre nourriture saine et gourmande. Nous avons goûté plusieurs plats : les pancakes, les œufs, les pommes de terre et quelques déclinaisons de tartines (le choix est très large). Les assiettes sont joliment présentées ; les portions raisonnables. Au niveau des prix, il faut compter environ 7-8 euros le plat. L’occasion de bruncher – tout dépend l’appétit de chacun – pour 20-25 euros par personne dans un cadre merveilleusement décoré et confortable.

Publicités

Road Trip en Malaisie : 6 étapes pour se laisser envouter par une mosaïque de cultures, de reliefs & de couleurs

Road Trip Malaisie

Cet été,  nous avons rempli nos sacs à dos, de deux, trois (voire un peu plus pour moi) bricoles et sommes partis pour une durée d’un mois. Ce long voyage a été l’occasion de découvrir une folle palette de paysages, d’ambiances, d’atmosphères. On commence par notre première étape : la Malaisie – où nous avions fait un petit arrêt l’année dernière (article sur l’île de Penang juste ici

INFOS PRATIQUES

Comment se déplacer ? En voiture pour notre part au regard des longues distances que nous avons parcouru. La location n’était pas donnée : 400 euros pour 14 jours. 

Quel budget ? Avion Barcelone > Kuala Lumpur : 700 euros par personne. Je suis certaine que l’on peut trouver bien mieux en partant hors vacances scolaires. Concernant la nourriture, un repas pour 2 nous a coûté entre 7 et 10 euros à Perhantian, Tioman, Cherating. Plus cher à Malacca et Kuala Lumpur. Il est évident qu’en privilégiant la street food le budget nourriture peut être moins conséquent. Au niveau des hôtels, les prix ont varié selon le lieu. 23 euros la nuit aux Cameron Highlands, 70-90 euros sur Perhantian, 25 euros sur Tioman, 70 euros à Kuala Lumpur. Une fois encore, il est vraiment possible de trouver moins cher. 

DSC_1327

ITINÉRAIRE

Jour 1 : Nous avons atterri à Kuala Lumpur, en fin d’après-midi, et sommes partis en direction des Cameron Highlands. Nous avons roulé 2 heures et nous sommes arrêtés pour la nuit à Tapah, ville sans aucun intérêt, je préfère te le préciser. Chambre sommaire dans un hôtel médiocre. Repas dans le seul restaurant ouvert. Nourriture mauvaise. Bref, j’indique ni le nom de l’hôtel ni le nom du restau. 

Jour 2 : Réveillés de très bonne heure, on met le cap sur les Cameron Highlands. En arrivant aux alentours de la plantation Boh Tea Estate (entrée gratuite), on arrête notre voiture pour admirer la splendeur des théiers et pour se laisser enivrer par l’odeur du thé qui flotte dans les airs. On prend notre petit-déjeuner dans le salon de thé de la propriété en admirant les collines verdoyantes. Mention spéciale au cheesecake à la fraise. Puis, on grimpe les quelques marches qui mènent au point de vue et on profite du paysage. En fin de matinée, on découvre une autre plantation Boh Tea Plantation (entrée gratuite). Plus grande, plus visitée mais aussi plus belle. On peut observer les cueilleurs avec leur hotte sur le dos. Le spectacle est assez fascinant. En début d’après-midi, on part visiter la Mossy Forest (30 Rm / pers), l’une des pires arnaques de ce séjour. C’est cher, on fait le tour de cette forêt en 10 minutes. Certes, la brume, la mousse sur les arbres ne sont pas dénuées de charme mais ça ne vaut absolument pas le détour. Pour oublier cette déconvenue, en milieu d’après-midi, on mange dans un restaurant indien délicieux : Sri Brinchang, 24, Jln Besar. (40 Rm pour deux, boissons comprises) Mention spéciale pour les naans, cuits au feu de bois. Crevés comme pas possible, on rejoint notre hôtel : Casa Loma (24 e la nuit) On retourne, en fin de journée, à la Boh Tea Plantation dans l’espoir de voir le coucher de soleil mais les nuages se sont invités à la fête, on admire, toutefois, la magnificence des champs de thé. 

DSC_0724DSC_0765DSC_0795

Jour 3 : Réveillés à 3 h du matin, on décide, un peu sans réfléchir, en pleine nuit, de partir en direction de l’embarcadère pour les îles Perhantian. 5 heures de route plus tard, dans l’obscurité la plus totale, après avoir croisé une panthère nébuleuse, avoir acheté trois flacons de répulsif contre les moustiques et réservé nos billets de bateau (35 Rm / pers), nous embarquons pour Perhantian. Notre hôtel : The Barat Perhantian où nous passerons deux nuits est plutôt sympa et confortable. (environ 80 e la nuit) L’après-midi, nous partons en bateau sur Shark Point (snorkeling pour moi, plongée pour Olivier). Pas de requin en vue mais de jolis poissons. Le soir, on dîne au Mama’s restaurant. Bon et pas cher. Une super adresse.

DSC_0946

Jour 4 : Pendant qu’Olivier plonge, je vais me dorer la pilule sur la jolie plage du Perhantian Resort. Grande, très jolie, propre, ce sera notre point de chute de ces 3 jours. L’après-midi, on part en excursion (trip B) proposée par notre hôtel (50 Rm / pers) Au programme : Light House, Serenggeh, Tokong burung et Rawa Island. Une excursion que l’on recommande chaudement. L’eau était d’un bleu incroyable, les coraux splendides et nous avons eu la chance de croiser un requin pendant une session snorkeling. 

DSC_0999

Jour 5 : Toujours sur Perhantian mais nous quittons notre hôtel, complet, pour le Perhantian Island Resort, plus haut de gamme. (96 euros la nuit) Grosse déception tant au niveau du buffet de l’hôtel que nous avons testé le soir (46 Rm / pers) que par le manque absolu de calme aux abords de notre chambre. Comme quoi, la simplicité a souvent du bon. Question programme : nous avons profité de cette journée pour traverser la jungle. Le départ se fait derrière l’hôtel et mène, en 20-25 minutes, à Flora Bay, une plage peu fréquentée et sublime. Le déjeuner, au bord de l’eau, dans un restau délicieux – b1 bar – pour seulement 30 Rm – nous aura confortés dans l’idée que ce jungle trek était une excellente idée. Après quelques clichés sur une balançoire se trouvant sur la plage, une baignade et un peu de repos, on traverse, dans le sens inverse, la végétation dense et prenons un taxi boat pour Turtle beach (40 Rm AR pour 2). Eau turquoise, sable fin, majestueux blocs de granit. Le cadre idéal pour terminer la journée. 

DSC_1067DSC_1079DSC_1072DSC_0939DSC_1027DSC_1173

Jour 5 : Plongée le matin pour Olivier et lecture sur la plage pour moi. On reprend le bateau (35 Rm / pers), on récupère notre voiture et on roule 3h30 en direction de Cherating. Nous posons nos valises à l’hôtel Casa Titik (57 e la nuit petit-déjeuner inclus). Pour la petite histoire, cette étape n’était absolument pas prévue. On comptait dormir deux nuits sur Kapas, une petite île à quelques heures de Perhantian mais notre philosophie de voyage à savoir : on ne réserve pas à l’avance les hôtels nous aura joué un vilain tour. Vilain pas tant que cela puisque l’expérience qui nous attend ce soir-là sera d’une magie telle qu’elle deviendra l’un des meilleurs moments du séjour. En attendant, on boit un verre et on grignote un bout au Don’t telle Mama Ecobar (60 Rm pour deux) A 19h30, on s’empresse d’arriver chez Hafiz qui propose des sorties en bateau sur la mangrove pour observer les lucioles (35 RM / pers) Dans la nuit, on avance sur l’eau et, grâce aux signaux lumineux d’Hafiz, les lucioles viennent près de nous, s’approchent de nos yeux, de nos mains, créant un spectacle lumineux qui peut, éventuellement, émouvoir l’âme enfantine qui sommeille en toi. J’avoue avoir eu les larmes aux yeux mais je suis plutôt sensible. 

DSC_1211DSC_1214

Jour 6 : 3h15 de route et nous voici à Mersing où nous prenons le bateau (35 Rm / pers + 18 Rm / j pour le parking) pour Tioman. S’armer de patience ! La seule compagnie de bateau multiplie les retards et obtenir un billet relève parfois du parcours du combattant. Je trouve, pour le soir, un hôtel plutôt insolite : le Go Deeper qui propose pour 27 e (petit-déjeuner compris) de dormir dans des capsules. On sera tellement charmé par le concept – et par le prix avouons-le – qu’on y passera 4 nuits. On déjeune au Timon Cabana (60 Rm). L’occasion de constater que les restaurants sont vraiment plus chers que sur Perhantian. Les burger n’en demeurent pas moins, excellents ; l’ambiance très agréable. On loue un scooter pour rejoindre notre hôtel (60 RM la journée) et on dîne au Go Deeper (30 Rm pour deux) qui va s’avérer être notre QG tant la nourriture est bonne même si le service laisse à désirer. 

Jour 7 : Cette journée marque un record pour moi : 80 mouches de sable s’invitent sur ma serviette de plage et me piquent allègrement alors que je bronze sur ABC beach. Bonjour les démangeaisons pendant 1 semaine. Si tu y penses, prévois une crème apaisante parce que si tu te fais piquer, tu vas souffrir. Un seul conseil : éviter à tout prix cette plage. Olivier plonge chez Ray’s Dive (210 Rm les deux plongées). On retourne manger au Tioman Cabana (63 Rm) et on se baigne sur la plage de Tekek. 

Jour 8 : On part pour la journée en excursion (85 Rm / pers) Le matin, on s’arrête sur Coral Island. La mer est très agitée mais l’île offre une étendue de sable exceptionnellement blanche. L’eau est turquoise. Véritablement une carte postale ! On fait plusieurs pauses snorkeling et on admire Monkey Bay alors que le soleil se couche. Extraordinaire ! Le soir, on dîne au restaurant de Go Deeper (44 Rm). 

DSC_1291DSC_1357DSC_1367DSC_1366

Jour 9 : Plongée pour Olivier, promenade le long de la mer pour moi. On décide de faire, en début d’après-midi, un deuxième trek en direction de Monkey Beach. La chaleur rend difficile la promenade. Après avoir éliminé des litres et des litres d’eau, nous arrivons sur Monkey Beach. Le sable est ocre, presque orangé. Il scintille au soleil. Il mérite le coup d’oeil. On se baigne un peu mais un singe peu commode s’approche de nos affaires. Il tente de nous déstabiliser en montrant les dents et en se dirigeant dangereusement sur nos sacs mais Olivier, en bon connaisseur de la nature, grogne à son tour – La scène méritait le coup d’oeil – et le singe s’éloigne au bout de quelques minutes. On décide de prendre un taxi boat pour rentrer. Le soir, on dîne au Go Deeper. 

DSC_1434DSC_1430DSC_1463

Jour 10 : Le bateau nous ramène, dans la matinée, en direction de Mersing et on se met en route pour Malacca. Notre hôtel pour la nuit est The Gatherings Place (19 e la nuit). On découvre la ville dont on tombe amoureux. Elle rappelle Georgetown à bien des égards. Le street art, les bâtiments coloniaux, la subtile alliance des deux. On se promène le long de la rivière et on mange de la street food au marché nocturne de Chinatown. 

DSC_1524DSC_1531

Jour 11 : Cette deuxième journée à Malacca est l’occasion d’admirer la Christ Church, cette belle église rouge qui trône au milieu de la place centrale. On brunche au The Daily Fix Café. On passe une partie de l’après-midi à admirer les fresques de street art. On rentre piquer une tête dans la piscine de notre hôtel pour deux nuits Coco Country Homes (213 Rm la nuit) Le soir, en vélo, on rejoint le restaurant indien Selvam, 3, Jin Temenggong. Pour 8 euros, on se gave de naans, de poulet, de roti canai. 

DSC_1582DSC_1624DSC_1631

Jour 12 : On grimpe en direction des ruines de Saint Paul’s Church. Mouais. Pas extraordinaires. Disons que ça offre une vue sur la ville intéressante. Rien de plus. On élit domicile au Baboon House qui est notre gros coup de coeur culinaire à Malacca. Le décor, essentiellement végétal, est à tomber. On a l’impression de pénétrer dans un jardin botanique en plein centre ville. La nourriture est délicieuse, ce qui ne gâche rien. L’après-midi, on se promène à nouveau le long de la rivière et des fresques de street art. On observe le coucher du soleil devant la mosquée sur l’eau qui se trouve à l’extérieur de la ville. Le soir, on retourne au marché nocturne de Chinatown car l’ambiance y est assez sympathique. On mange des brochettes, on boit des frappés à la mangue fraîche. Le bonheur !

Jour 13 : On décide de bruncher au Heesan Coffee et notre enthousiasme face à la beauté du lieu perd de sa superbe en dégustant les plats. On trouve la nourriture plutôt banale, les quantités petites. Bref, on est pas emballé. On décide de retourner au Baboon House où le charme opère à nouveau. On quitte Malacca en début d’après-midi afin de rejoindre l’aéroport et de s’envoler pour 13 jours à Bali. 

Jour 14 : De retour de Bali, nous finissons notre séjour à Kuala Lumpur. Ce n’est pas une ville que l’on a appréciée. Elle n’a pas le charme de Malacca, de Georgetown, elle manque de chaleur, de gaité. On n’a toutefois apprécié deux choses. La première : Jalan Alor, un quartier où le street art fleurit sur les murs, sur le sol. A ne pas manquer. La deuxième : KL Forest Eco Park, un jardin en hauteur avec des passerelles qui donnent l’impression de marcher dans les arbres. On vous recommande également notre hôtel : le Red by Sirocco. Le soir, on mange dans un restaurant indien. 

DSC_0217DSC_0267DSC_0220DSC_0271

Jour 15 : Dernier jour à Kuala Lumpur. On observe les tours Pétronas, on se promène dans Petraline Street. On grignote un bout avec les quelques roupies qui nous restent. Ça sent la fin de voyage. On rejoint l’aéroport pour prendre notre avion et on dit au revoir à un pays que l’on aura véritablement aimé. 

DSC_0290DSC_0305

Lectures estivales #1 | Fugitive parce que reine | Violaine Huisman

 

7D1035E9-6EEA-49FF-8D01-7B7B3461A9C1

 

« Après m’avoir longtemps menti sur les raisons de sa disparition soudaine, on m’apprit que maman était maniaco-dépressive -, une phrase prononcée par un adulte quelconque, une de ces phrases de grande personne qui ne servait à rien sinon à m’embrouiller ou me persécuter. Son écho devenait le leitmotiv de mon tourment, ma langue enroulant et déroulant ses vocables pour en diluer le peu de sens que j’y discernais. Ça ne voulait rien dire d’abord, maniaco-dépressive. Ou si, ça voulait dire que maman pouvait monter dans les tours que je visualisais aux angles d’un château fort, des donjons au sommet desquels j’imaginais maman grimper à toute allure et d’un bond plonger au fin fond des cachots ou des catacombes, enfin là où il faisait froid et humide, là où ça puait la mort. » 

Parcourant les étals de ma librairie, à la recherche d’un roman à glisser dans mon sac à dos pour les vacances, j’ai immédiatement été saisie par le titre à la fois énigmatique et poétique du livre de Violaine Huisman : Fugitive parce que reine. L’auteure nous dévoile l’existence chaotique mais non moins palpitante de sa mère, Catherine. Un personnage débordant d’amour pour ses deux filles, menant une vie passionnée et indéniablement excessive. Le roman débute lors de la chute du mur de Berlin qui coïncide avec la chute de Catherine dont l’état de santé nécessite un internement. On glisse, alors, dans l’âge de l’enfance et on suit ce parcours peu ordinaire d’une petite fille abandonnée à l’hôpital Necker par une mère intransigeante, d’une danseuse douée malgré son handicap, d’une femme cherchant dans les relations amoureuses successives un manque, un soif d’amour.

C’est beau, diablement bien écrit, viscéral, prometteur, fugitif.