Lanzarote : 6 jours en solitaire

Design

Le sable aux reflets dorés fusionnant avec l’obscurité d’une terre venue d’ailleurs, les cactus aux formes infinies présents à foison, les roches volcaniques au charme envoûtant, les oeuvres de César Manrique saisissantes de beauté. Lanzarote. En solitaire. 6 jours passés sur cette île canarienne. Ile qui invite aux synesthésies tant elle convoque et mêle tous nos sens. Ile aux multiples attraits. Ile dont je ne saurais taire les grâces. 

DSC_1330

Jour 1 : Chaque voyage à Lanzarote devrait commencer par une excursion sur l’île de la Graciosa. Je rejoins ces 27 kilomètres de parc naturel depuis le petit port d’Orzola, au nord de Lanzarote. A vélo, je découvre les chemins de terre, les plages désertes, le temps suspendu. Tout invite au repos et à la contemplation. Sur la playa de Las Conchas, l’étendue azur est saisissante. Je ne peux réprimer l’envie d’observer les roches qui ont embrassé la mer et se jettent à corps perdu dans les flots. Les mollets tiraillent quelque peu mais quel bonheur de parcourir une terre qui semble immaculée. 

DSC_1345DSC_1356DSC_1361DSC_1402DSC_1337DSC_1367

Une fois Lanzarote retrouvée, j’admire la silhouette de Graciosa depuis El Mirador Del Rio. Le soleil disparaît. Spectacle superbe et le silence pour toute musique.

DSC_1452

Jour 2 : Je rejoins la ville que je prononce en marquant le é comme pour affirmer mes origines hispaniques : Teguise. Volets bleus et verts, cactus à chaque coin de rue, palmiers au vent. Teguise est de ces villes qui appellent au repos. Teguise est une de ces villes qui se parcourt sans qu’aucun sentiment de lassitude s’empare de toi. Tu ne peux qu’aimer Teguise. Ne passe pas à côté de sa beauté. 

DSC_1494DSC_1474DSC_1496DSC_1500DSC_1522

Teguise. Qu’est-ce que tu m’as plu ! Observer les marques du temps barrant tes façades blanches, croquer dans les frites de patate douce de Cantina Teguise  8, Calle León y Castillo, fouler les pavés irréguliers de tes ruelles. 

Durant l’après-midi, je roule en direction de la plage de Caleta de Farmara qui m’offre le spectacle de surfeurs jouant avec les vagues. Agiles, voltigeurs, vifs et aériens. Une invitation à s’asseoir sur le sable.

DSC_1539

Plus tard, immersion dans le jardin de cactus et au beau milieu d’une de mes plantes préférées, je contemple l’immensité de cette ultime oeuvre de Manrique. La promenade est agréable, la végétation incroyable. 

DSC_1581DSC_1592

La journée se termine par la visite de Las Cuevas de Los Verdes qui ne m’enthousiasme pas outre mesure. On s’entasse dans ces galeries souterraines par groupe de 40. Visite affreuse. Seule la piscine déploie ses charmes à l’ombre des palmiers. L’occasion de siroter un soda depuis le bar. Rien de plus.

DSC_1615

Jour 3 : Cap sur le parc national de Timanfaya. Tu t’imaginais marcher sur las montanas Del Fuego ? Fouler des terres volcaniques ? Oublie ! La visite se fait en bus. Ambiance road trip de retraités mais les paysages sont tellement grandioses qu’on accepte le mamie tour. 

DSC_1651DSC_1648DSC_1643DSC_1630

Jour 4 : direction la plage de Papagayo. A rejoindre très tôt le matin. Attention route accidentée. L’eau est claire, le cadre enchanteur. Je la quitte sans regret lorsqu’une horde de touristes l’investit sur les coups de 11h-midi. Un autre décor s’offre à mon regard, quelques heures plus tard, : celui de la Laguna Verde. Juste à l’entrée d’El Gofo, après 5 minutes de marche, se trouve une étendue d’eau au vert éclatant. On ne peut pas s’y baigner mais on la surplombe et on admire le vert et le bleu se faire face sans jamais se mêler. Splendide. 

DSC_1688DSC_1695

Jour 5 : Je pose un pied à Arrecife, la capitale de l’île. Moins enivrante que Teguise, elle possède, néanmoins, quelques attraits et mérite qu’on s’y arrête 2 ou 3 heures. L’étroitesse des rues, la petite balade le long de l’eau, les nuances de bleu encore et toujours, le Museo internacional de Arte contemporáneo participent à son charme.

DSC_1808DSC_1815DSC_1788

Je continue par la visite de la Fundacion César Manrique. Incontournable. Lanzarote sans Manrique ne serait pas Lanzarote. J’ai adoré chaque lieu consacré à cet artiste que je méconnaissais. 

DSC_1848DSC_1853DSC_1861DSC_1839DSC_1838DSC_1877

Jour 6 : Haria. Joli village blanc. Les arbres dansent au rythme d’une légère brise. J’y fais halte pour y boire un verre puis pour y déjeuner.

DSC_1914DSC_1918

Je reste sans voix devant le majestueux escalier non loin du Monument al Campesino. Le bois et la végétation forment un duo incontestablement assorti. Un arrêt à Quemada pour une petite baignade.

DSC_1900

Le soleil se couche sur  Lanzarote et le retour approche.

6 jours de voyage. 6 jours durant lesquels je n’ai cessé d’être admirative face à la splendeur de cette île. Ile européenne et pourtant dépaysante au possible. Ce voyage fut un tournant. Un changement. Un voyage que j’ai vécu seule et dont j’ai savouré les instants annonciateurs d’un agréable renouveau. 

 

 

Le napolitain facile d’Hervé cuisine

03B97E58-0357-44C6-B863-6FA2F3E70F0E

Je suis friande des recettes d’Hervé cuisine depuis plusieurs années déjà. Toujours faciles et bien expliquées, je me rends souvent -trop souvent – sur son blog ou sur sa chaîne Youtube pour dégoter de petites merveilles sucrées. Il y a plusieurs semaines, j’ai fait une infidélité à ma recette thermomix de napolitain pour réaliser sans mon fidèle robot ce gâteau dont personnellement je raffole. C’est parti ! Il te faut : 

Pour les 3 gâteaux 

  • 4 œufs
  • 90 g de sucre en poudre
  • 150 g de beurre fondu
  • 220 g de farine
  • 1 cuil. à soupe de levure chimique
  • 1 c à café d’essence de vanille
  • 15 g de cacao en poudre non sucré

Ganache chocolat

  • 150 g de chocolat noir pâtissier
  • 100 ml de crème liquide entière chaude

Glaçage au sucre + vermicelles de chocolat

  • 120 g de sucre glace + un peu d’eau

Préchauffer le four à 180°. Battre les œufs et le sucre énergiquement (un batteur électrique sera le bienvenu !) dans un saladier. Ajouter le beurre fondu tout en continuant à battre l’appareil. Ajouter la levure et la farine et mélanger afin d’obtenir une pâte lisse. Placer 1/3 de la préparation dans un autre récipient et ajouter le cacao en poudre. Diviser la pâte blanche en deux. Dans un moule rectangulaire, placer une première préparation et cuire 15 minutes. Réitérer l’opération 3 fois. Laisser les gâteau refroidir complètement. Placer au micro-onde la crème liquide et verser sur le chocolat en morceaux afin d’obtenir une ganache. Couper les bords des trois gâteaux pour obtenir des bandes régulières. Commencer par un gâteau à la vanille, recouvrir de la ganache puis un gâteau au chocolat, recouvrir de ganache et enfin le deuxième gâteau à la vanille. Mélanger 120 g de sucre glace avec un peu d’eau afin d’obtenir un glaçage blanc. Déposer sur le sommet du gâteau et parsemer de vermicelles au chocolat. Placer au frais avant dégustation.