Partager des tapas au Comptoir Rocatin | Laroque des Albères (66)

2B39BE99-59D4-4FED-BA29-D46103B0A3AA
Difficile de venir manger au Comptoir Rocatin tant l’adresse ne désemplissait pas depuis son ouverture. Néanmoins, dotée d’une motivation inégalable lorsqu’il s’agit de tester de nouveaux endroits, j’ai laissé plusieurs semaines s’écouler et, en compagnie de @plongeeavecolivier et de @loeildeos qui s’est chargé de la réservation, j’ai pris place autour d’une table du Comptoir Rocatin. On peut, tout d’abord, admirer la beauté du lieu et de la décoration dominée par le rouge et le bois. On peut s’attabler en bas près du comptoir et observer les cuisiniers s’affairer en cuisine ou rejoindre l’étage afin de goûter à un peu plus de tranquillité. 

La carte offre un choix de 11 tapas dont certaines sont proposées en moyenne ou grande quantité. Nous avons opté pour les moules à l’aïoli (7 euros la grande assiette), la tartine de cabecou miel et pignon (5 euros), les petits calamars frits (6 euros), les couteaux en persillade (4 euros l’assiette moyenne et 7 euros la grande portion) et pour terminer les petites seiches persillées (5 euros). Comme, étrangement, il nous restait un peu de place, nous avons commandé un banoffee à 5 euros qui était une petite merveille sucrée. Le service s’est révélé plutôt rapide, sympathique et efficace. 

J’ai trouvé que les prix restaient accessibles et raisonnables pour la qualité de la nourriture servie, en espérant juste que l’addition ne s’envole pas dans les mois à venir.

Un nouveau restau à ajouter à ton carnet d’adresses. 

 

Recette des pastilles pour le lave-vaisselle

E2BD08A0-F4B6-468D-9254-44C36E73AF66
Depuis quelques mois, je parcours Pinterest à la recherche de recettes permettant de réaliser ses produits ménagers à partir d’éléments naturels. Je m’étais déjà lancée dans la réalisation de pastilles pour le lave-vaisselle mais le rendu n’avait pas été très concluant. La vaisselle ressortait peu éclatante, d’une propreté discutable. J’ai compris, par la suite, que le problème venait du dosage de l’eau. Si on en met trop, la préparation est ratée. Je mets fin à cette histoire passionnante et, comme je suis sympa, je te file la recette. Je te conseille pour prendre les mesures de t’aider d’un petit verre (tasse à café, mug, …) C’est parti ! Il te faut : 

  • 1 dose de bicarbonate de soude
  • 1 dose de gros sel
  • 1 dose d’acide citrique
  • 1 vaporisateur d’eau
  • Facultatif : huile essentielle de citron (arôme naturel de fruit de la passion pour ma part)

Mélanger tous les ingrédients secs. Vaporiser un peu d’eau. Mélanger. Ajouter un peu d’eau si besoin. La pâte doit ressembler à une pâte à crumble : pas trop sèche mais qui surtout pas liquide.

Banana Bread aux pépites de chocolat & à l’ananas | sans sucre et sans matière grasse ajoutés

5B0561A4-0CA7-4F46-B76B-9EEFAD02FD63
Ce Banana Bread est une véritable surprise. La texture est bien moelleuse, le goût parfaitement équilibré. En cette fin de grossesse, la consommation de sucre entraîne des remontées acides nocturnes extrêmement désagréables donc j’essaie de me tourner vers des gourmandises plus saines – et je ne m’en porte pas plus mal. J’ai trouvé cette recette sur le compte Instagram de @julya66. J’ai également testé ses gaufres à la compote de pommes qui se sont révélées être très savoureuses. Trêve de bavardages. C’est parti ! Il te faut : 

  • 3 bananes écrasées 
  • 2 œufs 
  • 1 c à café de vanille 
  • 150 g de farine blanche 
  • 50 g de farine semi complète 
  • 1 sachet de levure chimique 
  • 4 c à soupe de compote – ici pomme mangue 
  • 80 g d’ananas
  • 30 g de pépites de chocolat 

Préchauffer le four à 180•. Écraser les bananes. Ajouter tous les autres ingrédients. Dans un moule à cake, verser la pâte et enfourner pour 35 minutes. 

Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

EEA1A01E-F1D3-40CF-8032-322CA024751A
« Attends. Il y a des règles. D’abord tu ne dois pas me toucher sauf si je te le permets. Je suis ta reine. Jure. J’ai acquiescé, je n’avais jamais vu de reine avant mais ça me paraissait logique aussi. »

J’ai passé un joli moment de lecture avec le premier roman de Jean-Baptiste Andrea. En 1965, Shell fugue de la station service où il vit avec ses parents. Il grimpe jusqu’au sommet d’un plateau, s’endort. A son réveil, Viviane l’observe. Elle lui fait jurer de lui obéir sans poser de question. Il accepte. Elle devient sa reine.

Entre poésie, enfance et grâce, le récit de Shell nous transporte dans un univers créé par deux enfants hors du commun. Shell, qui n’a jamais eu d’ami, découvre en Viviane une compagne de jeu fantasque et originale. En véritable monarque, elle exige un sacrifice sans se douter que Shell ne refuse rien à sa reine.