Le napolitain facile d’Hervé cuisine

03B97E58-0357-44C6-B863-6FA2F3E70F0E

Je suis friande des recettes d’Hervé cuisine depuis plusieurs années déjà. Toujours faciles et bien expliquées, je me rends souvent -trop souvent – sur son blog ou sur sa chaîne Youtube pour dégoter de petites merveilles sucrées. Il y a plusieurs semaines, j’ai fait une infidélité à ma recette thermomix de napolitain pour réaliser sans mon fidèle robot ce gâteau dont personnellement je raffole. C’est parti ! Il te faut : 

Pour les 3 gâteaux 

  • 4 œufs
  • 90 g de sucre en poudre
  • 150 g de beurre fondu
  • 220 g de farine
  • 1 cuil. à soupe de levure chimique
  • 1 c à café d’essence de vanille
  • 15 g de cacao en poudre non sucré

Ganache chocolat

  • 150 g de chocolat noir pâtissier
  • 100 ml de crème liquide entière chaude

Glaçage au sucre + vermicelles de chocolat

  • 120 g de sucre glace + un peu d’eau

Préchauffer le four à 180°. Battre les œufs et le sucre énergiquement (un batteur électrique sera le bienvenu !) dans un saladier. Ajouter le beurre fondu tout en continuant à battre l’appareil. Ajouter la levure et la farine et mélanger afin d’obtenir une pâte lisse. Placer 1/3 de la préparation dans un autre récipient et ajouter le cacao en poudre. Diviser la pâte blanche en deux. Dans un moule rectangulaire, placer une première préparation et cuire 15 minutes. Réitérer l’opération 3 fois. Laisser les gâteau refroidir complètement. Placer au micro-onde la crème liquide et verser sur le chocolat en morceaux afin d’obtenir une ganache. Couper les bords des trois gâteaux pour obtenir des bandes régulières. Commencer par un gâteau à la vanille, recouvrir de la ganache puis un gâteau au chocolat, recouvrir de ganache et enfin le deuxième gâteau à la vanille. Mélanger 120 g de sucre glace avec un peu d’eau afin d’obtenir un glaçage blanc. Déposer sur le sommet du gâteau et parsemer de vermicelles au chocolat. Placer au frais avant dégustation. 

Ma destination 2017 préférée : les Cinque Terre

Design

Les Cinque Terre.

 

Les couleurs vives, le bruit des vagues comme mélodie, les rayons de soleil faisant un pied de nez à l’automne, la sensation folle d’ailleurs et de dépaysement.

Les formules hyperboliques manquent pour dire la beauté de ces cinq villages perchés sur la Riviera italienne.

Je te peins l’atmosphère, je laisse ton imagination dessiner les contours de ce petit coin de paradis. Nous sommes à la fin du mois d’octobre. L’air est doux. La météo clémente. Les touristes peu nombreux. La température de l’eau invite même à la baignade. On atterrit à Pise. On loue une voiture et, quelques heures plus tard, on rejoint La Spézia. Un billet de train. En une poignée de secondes, la silhouette de Riomaggiore s’esquisse. Le jour tombe. Je suis  littéralement subjuguée par la beauté de ce village. Les nuances, que le soleil déclinant à l’horizon offre, sont uniques. Cela va paraître, sans nul doute présomptueux, mais une destination européenne m’a rarement dépaysée avec cette intensité. 

DSC_2129DSC_2144DSC_2146

On réserve un hôtel, assis à une terrasse de café. Sans beaucoup d’entrain. Le Zorza. Et pourtant, on y passera deux nuits. Le rapport qualité prix est excellent et un petit déjeuner vraiment pas mal est compris. Le lendemain, nous faisons rapidement le tour de Riomaggiore puis nous rejoignons Manarola.

DSC_2158

 

DSC_2178

Nous marchons le long de l’eau, nous admirons les façades colorées puis décidons de suivre un chemin à flanc de falaise et de grimper jusqu’au Nessun Dorma ♥, un bar restaurant que je ne saurais que trop te conseiller.

B79A940C-21FB-4EED-B581-7E1A8601D310

La notion du temps déserte notre esprit. Une savoureuse langueur s’empare de nous. Une seule recommandation : se rendre devant les portes de cet établissement dès l’ouverture car les tables sont vite prises d’assaut. En fin d’après-midi, nous découvrons Corniglia depuis les hauteurs desquelles nous admirons le coucher du soleil. 

 

Le troisième jour, la quiétude de Vernazza se saisit de nous. Le soleil est toujours de la partie et profiter de sa chaleur se présente comme le programme le plus judicieux. Les terrasses des restaurants se remplissent. Les plages également. Les touristes se mêlent aux italiens le temps d’une brasse dans les flots méditerranéens.

DSC_2331

 

 

Au milieu de l’après-midi, nous repartons vers La Spézia et empruntons la direction de Florence. 

Mes coups de ♥ : Riomaggiore & Manarola ; le cocktail préparé avec des fraises fraîchement mixées du Nessun Dorma, le linge négligemment suspendu aux fenêtres, la baignade automnale, les couleurs enchanteresses, ce premier séjour partagé avec mon chéri. 

PS : la vidéo du séjour est par ici : 

 

 

 

Muffins aux myrtilles

CCD33120-E21B-4652-BD63-DE169F66FC80

Il s’agit d’un grand classique et pourtant je n’avais jamais réalisé de muffins aux myrtilles. Il était vital que je corrompe mes voisins, ayant en leur possession une connexion internet – moi non. En réfléchissant aux moyens de corruption les plus efficaces mis à ma disposition, la pâtisserie s’est imposée et ces muffins aussi. Je te livre donc cette arme redoutable si tu dois également acheter les faveurs de quelqu’un ou soudoyer un être cher. C’est parti ! Il te faut : 

  • 180 g de myrtilles 
  • 80 g de cassonade 
  • 1 œuf 
  • 25 g de beurre 
  • 130 ml de lait 
  • 230 g de farine 
  • 1/2 sachet de levure chimique 

Préchauffer le four à 180•. Battre le sucre, l’oeuf et le beurre. Ajouter le lait, la farine et la levure. Terminer par les myrtilles. Remplir des empreintes à muffins aux 3/4. Recouvrir de cassonade pour créer un sommet croustillant. Enfourner pour 25 minutes.