Eldorado de Laurent Gaudé

image

Lorsque Voltaire entraîne Candide et Cacambo dans le pays d’Eldorado, il présente le monde idéal comme un lieu où la richesse est à portée de tous, où la religion ne peut diviser les êtres, où la violence est absente. Toutefois, c’est parce que cette utopie est trop idéale que Voltaire choisira de faire poursuivre vers d’autres contrées le voyage de ses personnages.

L’Eldorado de Laurent Gaudé n’est pas si éloigné que cela de l’Eldorado de Voltaire.

Il le peint comme un endroit qui permettrait à l’Homme de goûter la saveur si particulière du bonheur. Néanmoins, chacun semble posséder son propre Eldorado. Le commandant Piracci, dont la profession est de surveiller l’entrée clandestine d’immigrés sur l’île de Lampedusa, va commencer peu à peu à douter des convictions qui sont les siennes lorsqu’il prend conscience que son métier consiste à stopper le voyage d’individus qui ne font rien d’autre qu’essayer d’atteindre leur Utopie. Alors que Piracci se met en quête de son Eldorado, Soleiman, un autre personnage, quitte le Soudan à la recherche lui aussi d’une terre idéale.

Le conte philosophique de Voltaire n’a pas beaucoup vieilli si nous considérons que les deux personnages que nous suivons du regard ont une seule ambition : toucher des doigts le bonheur que Candide et ses comparses connaissent, à la fin du récit, en cultivant leur jardin.

Le roman de Laurent Gaudé est véritablement un roman passionnant qui ne vous laissera pas indifférent. Les personnages sont captivants et l’intrigue est extrêmement bien menée.

Pourtant, une question essentielle subsiste : et vous, quel serait votre Eldorado ?

Publicités

Pancakes à l’américaine

Avec mon Thermomix, c’est une belle histoire d’amour qui commence ! J’ai donc préparé ma pâte à pancakes grâce à cette petite merveille mais une fois encore vous pouvez la réaliser sans. A votre sirop d’érable ! C’est parti ! Il vous faut :

  • 30 gr de beurre
  • 300 gr de lait
  • 2 oeufs
  • 30 gr de sucre
  • 150 gr de farine
  • 50 gr de Maizena
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1/2 cuillère à café de sel

1) Faites fondre le beurre au micro-ondes ou dans le bol du Thermomix 2 min/70° vitesse 1.

2) Ajoutez le lait, les oeufs, le sucre, la farine, la levure chimique et le sel et mélangez ou mixez le tout 10 sec/ vitesse 5.

3) Déposez une noix de beurre dans une poêle, versez une louche de pâte et cuire jusqu’à ce que des bulles se forment à la surface du pancakes. Répétez l’opération avec le reste de la pâte.

image

Central Park et son manteau blanc

SONY DSC

Passer d’un espace urbain, fait de buildings interminables, à une étendue de verdure recouverte pour l’essentiel d’une blancheur immaculée, tel est, sans doute,  le contraste le plus séduisant que New-York propose en hiver. Il te suffit de t’éloigner un peu d’un groupe de joggers, d’enfants jouant dans la neige, de touristes qui, comme toi, foulent les sentiers de Central Park, pour n’entendre plus rien qu’un silence, surprenant, déroutant, grandiose. 

Le spectacle qui s’offre à toi est des plus appréciables : des allées et des arbres recouverts de flocons qu’une légère brise fait parfois valser et retomber en fine poudre sur le sol.

SONY DSC

Moins poétiques les rabatteurs qui essayent de te vendre un rapide tour du parc en calèche, tes jambes immobilisées sous un vieux plaid rêche et qui, le plus souvent, ne soyons pas dupes, sent mauvais, proposant de sordides arrêts photos. Songe à tes cours d’anglais de 6e (plus précisément la lesson five) et déclinez d’un sympathique mais assuré : « no, thank you ».

Ne suis pas de parcours prédéfini, arrête-toi quand bon te semble, éloigne-toi des sentiers battus. Non loin de toi, des écureuils bien dodus mangent à tous les râteliers et font le show devant les enfants qui les admirent et tentent de les approcher.

SONY DSC

Plus loin, des new-yorkais dévalent les pentes enneigées sur leur luge colorée. Encore plus loin, tu aperçois la silhouette des immeubles de la big apple qui te rappellent, tiens tu l’avais presque oublié, que tu es à New-York.

Plusieurs alternatives s’offrent à toi : ♥ patiner quelques heures sur des lames bancales, moyennant environ 17 dollars par personne, sur la piste de roller du parc qui se transforme en patinoire l’hiver, admirer les sculptures de glace qui se trouvent deçà, delà dans les allées de Central Park, ou, te prendre un instant pour un véritable new-yorkais, revêtir ton plus beau jogging, croyant être touché par l’esprit de New-York et stopper ta course 5 minutes plus tard en grimaçant et en te tenant tes côtes douloureuses.

SONY DSC

Mais voilà que l’air s’est rafraichi sur le poumon vert, tu t’éloignes de plus en plus de cette parenthèse de nature enneigée jusqu’à ce que ton oreille saisisse à nouveau le bruit des klaxons des taxis new-yorkais.

7 coups de coeur : Majorque

45976_1586177022868_6204045_n

En août 2010, je me suis envolée aux îles Baléares. C’est une destination très sympa même si l’île est assez bétonnée ce qui gâche parfois le décor. J’ai séjourné pendant 6 jours à Palma de Majorque. Qu’est-ce qui m’a séduit ? Qu’est-ce que je te recommande de voir si tu décides d’y faire halte ? Voici mes 7 coups de cœur  :

Tout d’abord, laisse moi te parler de Sant Elm, un petit village au charme fou ! J’ai pris le bus pour m’y rendre et c’est là que m’attendait un bateau pour rejoindre la Isla de Sa Dragonera (article ici) Ce lieu dénote véritablement avec Palma de Majorque et sa plage publique, sans charme. Entre les oliviers et les pins, derrière de grandes roches, se cache une magnifique étendue de sable où il fait bon de s’arrêter.

44406_1586208743661_3893868_n

Mon deuxième coup de cœur est, sans contexte, el Poble espanyol qui regroupe des reconstitutions de monuments espagnols célèbres. Cette visite vaut vraiment le détour. Se présentant comme un petit village, il te suffit de faire quelques pas pour voyager à travers l’Espagne.

46164_1586159222423_1145760_n

Continuons avec le Castell de Bellver. C’est un lieu qui se mérite. Si tu n’as pas de voiture, il te faudra forcer sur les mollets pour atteindre ce joli château. Quelques minutes pour reprendre ton souffle et tu découvriras avec plaisir ce bâtiment datant du XIVe siècle.

46164_1586159182422_126918_n

Quatrième coup de cœur : les Banys arabs qui méritent le coup d’œil. Ils sont entourés d’un très joli jardin et sont l’un des rares vestiges datant de l’occupation des Maures.

44867_1586181542981_5953599_n

Mon cinquième coup de cœur est une vaste étendue : Le parc de la Mar qui  te permettra de te promener en toute tranquillité en observant la mer en contrebas.

Non loin de là, se tient mon sixième coup de cœur : le magnifique Palau Reial de l’Almudaina, une grande forteresse qui rappelle par ses tons ocres les monuments arabes.

46216_1586171742736_1378771_n

Mon septième et dernier coup de cœur est un restaurant bon marché qui se trouve sur la Plaça Bisbe Berenguer de Palou : le Celler Sa Premsa. Il se trouve dans une ancienne cave à vin et propose des spécialités espagnoles. J’y ai mangé plutôt bien et pour un prix très raisonnable.

Un après-midi sur l’Isla de Sa Dragonera

45553_1586191383227_8311950_n

Depuis Palma de Majorque, capitale des îles Baléares, vous pouvez rejoindre, en moins d’une heure, en bus, la jolie ville de Sant Elm. Accrochez-vous durant le voyage car le chauffeur de bus n’hésite pas à frôler les barrières qui vous séparent du ravin. Après avoir admiré les rues de Sant Elm, il vous faut prendre un bateau pour débarquer, 10-15 minutes plus tard, sur l’Isla de Sa Dragonera. Ce parc naturel abrite une magnifique plage rocheuse, dont la beauté est un peu gâchée par les quelques détritus que des touristes peu scrupuleux jettent sur ce petit coin protégé.

44574_1586197063369_1062115_n

L’île offre également la possibilité de faire une petite promenade pour rejoindre le phare qui surplombe ce bout de terre. Elle est également prisée par les amateurs d’oiseaux.

Une belle excursion !