Bruncher à Versailles : Le Positive Café

 

75096FD0-D087-4444-847A-81FA64F15005

J’ai profité d’un week-end dans la région parisienne pour te dénicher deux, trois adresses pour bruncher. C’est à Versailles, à 5 minutes du château, qu’on s’est laissé tenter par une adresse vraiment sympa, gourmande et healthy à la fois : le Positive Café. Dans les assiettes, des aliments complets, non raffinés, issus de l’agriculture biologique. La carte offrait un choix plutôt alléchant mais on a opté pour un Yaourt Grec | granola maison, fruits frais & sirop d’érable, des Pancakes au chocolat | Farine de sarrasin,  sauce chocolat au lait de coco, bananes, noisettes et chantilly maison | et des toasts au saumon | Pain bio au levain naturel toasté, sauce hollandaise plant-based, saumon fumé, greens et oeuf bio mollet. Tout était vraiment bon et savoureux. Tu peux réserver les yeux fermés. Concernant les prix, ils sont corrects si on considère la qualité des produits proposés. (Entre 7 et 14 euros) Enfin, rien à redire sur le service sympathique. Si tu veux baver sur le menu, clique ici.

#Moins de déchets & plus d’économies : Recette de la lessive maison

9BDEDE00-02DD-496B-868D-B607F9A7C4E3

Une nouvelle série d’articles s’invite sur le blog puisque tu vas découvrir ces recettes qui ne se mangent pas mais qui te permettent de réduire tes déchets et de faire des économies. Sensible à la diminution et au tri des déchets, je me suis lancée, il y a quelques mois, dans la confection de ma lessive. L’avantage de cette initiative, c’est que si elle ne parvient pas à séduire les réfractaires écologiques, elle pourra trouver un écho chez les consommateurs soucieux de leur porte-monnaie. Car la lessive, tu le sais, est un produit plutôt onéreux et les économies réalisées en la préparant à la maison ne sont pas à négliger. Arme-toi de ton bidon vide, d’une grande casserole et d’une cuillère en bois, c’est parti ! Il te faut :

  • 1 litre d’eau
  • 30 à 50 g de savon de Marseille
  • 1 c à soupe de bicarbonate de soude
  • Huiles essentielles (facultatif)

Quelques conseils avant de commencer. On trouve dans les supermarchés des paillettes de savon de Marseille qui coûtent un bras et demi. Je te conseille d’acheter un savon en bloc et, à l’aide d’une râpe ou d’un mixeur, de réduire toi même en petits morceaux le savon. C’est bien plus économique. De récentes études ont montré que la majorité des savons de Marseille contiennent de l’huile de Palme. Vérifie donc la composition du savon choisi. Dans les recettes que j’ai trouvées, la quantité de savon est de 20 g. J’opte plutôt pour 100 g lorsque je réalise ma lessive mais c’est un choix personnel. J’ai multiplié les doses par erreur, une fois, et j’ai trouvé la lessive plus efficace. Enfin, la lessive peut avoir tendance à se solidifier. Il suffit d’agiter le bidon et elle prendra à nouveau sa consistance liquide. 

Dans une marmite ou une grande casserole, porter à ébullition l’eau. Verser les paillettes de savon et remuer afin qu’elles fondent dans l’eau. Laisser tiédir environ 40 minutes / 1 heure. Ajouter une cuillère à soupe de bicarbonate et 15 à 20 gouttes d’huiles essentielles – citron pour ma part. A l’aide d’un entonnoir, verser la lessive dans un bidon vide. Laisser refroidir, sans le bouchon, une nuit de préférence. Utiliser comme une lessive traditionnelle.

Pour un adoucissant maison : placer du vinaigre blanc, des zestes de citron dans un bidon vide et voilà un adoucissant naturel. 

 

Bruncher à Montpellier #1 : 2 bonnes adresses

Mon amour invétéré pour les pancakes, les gaufres, les tartines à l’avocat et les œufs brouillés – la nourriture en général – a fait naître, chez moi, un engouement pour les brunch. Lors d’un week-end à Montpellier, j’ai eu l’occasion de tester deux adresses vraiment savoureuses : Coldrtip Food & Coffee | 4 rue Glaize | et Bonobo Montpellier | 46 rue Saint-Guilhem | que j’ai décidé de partager avec vous.

Pour commencer, je me suis rendue chez Coldtrip Food and Coffee, ouvert de 9h à 16h du jeudi au lundi. Le choix a été difficile tant la carte met l’eau à la bouche mais  je me suis laissée tenter par les gaufres, servies avec une chantilly au mascarpone et des fruits frais. Un vrai délice. Le cadre et le service sont très sympas. Je prévois d’y retourner pour déguster leurs pancakes.

11BF0D3D-1B63-48C9-999B-50EC6F595B86

Le lendemain, j’ai poussé la porte de Bonobo Montpellier. L’accueil a été charmant, le service très aimable. On se sent immédiatement bien dans ce petit café joliment décoré. Ouvert toute la semaine, du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi et dimanche de 10h à 19h, la carte est, ici aussi, alléchante. J’ai opté pour des pancakes qui restent à ce jour – exception faite peut-être de ceux de Eat, à New-York – les meilleurs que j’ai eu l’occasion de déguster. Une pile vertigineuse de pancakes moelleux et des noix, du sirop d’érable, des fruits, … Une merveille !

4679F0A4-44E2-4F4B-9CF5-E27360298A86

 

Gâteau invisible aux pommes

6FB5EC0A-CAF2-4F1B-9245-35A83103B49A

Cette semaine, j’ai commandé sur l’application TooGoodToGo un panier de produits un peu abîmés et de denrées dont la date de péremption approchait. L’objectif est simple : réduire le gaspillage alimentaire en proposant, à prix réduit, des aliments qui sont destinés à être jetés. À Perpignan, l’offre n’est pas folle mais, ce jour là, il fallait sauver un panier près de chez moi et je me suis portée volontaire. A la clé, plusieurs mets dont 4 kilos de pommes. La recette du gâteau invisible s’est, de la sorte, imposée. Comme son nom l’indique, la pâte du gâteau est presque imperceptible, seules les pommes, moelleuses, un brin caramélisées, fondent sous la langue. Un vrai délice plutôt sain.

  • 2 kilos de pommes
  • 2 œufs
  • 100 g de farine
  • 20 + 30 g de beurre
  • 20 + 20 g de sucre roux
  • 1 sachet de levure chimique
  • 15 cl de lait
  • 1 c à café de cannelle (facultatif)

On commence par éplucher les pommes et les couper en fines lamelles. On dépose dans le fond du moule à gâteau 20 g de beurre fondu avec 20 g de sucre roux que l’on répartit grâce à un pinceau à pâtisserie. On ajoute les pommes. On mélange dans un saladier à part le lait, la farine, le sucre et le beurre restant, les œufs et la cannelle et on verse le tout sur le gâteau. On enfourne 50 minutes à 180•.

Partir à la découverte des plages de Begur & de Calella de Palafrugell, le temps d’un week-end

Les plages de Begur et le village de Calella de Palafrugell donnent cette sensation si singulière de dépaysement. Des airs de Canaries, de Grèce même et, pourtant, nous sommes à, seulement, 1h30 de Perpignan. Profitant du long week-end qu’offrait la fin du mois de mai, nous sommes partis deux jours en direction de la Costa Brava et avons déposé nos valises à Bégur. 

INFOS PRATIQUES 

Comment se déplacer ? En voiture ou en vélo. Certaines plages ne sont pas très éloignées les unes des autres (je pense à Calella par exemple) mais pour avoir la chance d’en voir plusieurs, je te conseille d’être motorisé. 

Quand partir ? Durant l’automne, le printemps, l’été et parfois même durant certaines belles journées hivernales. Fin mai, la température était de 32°. 

Quel budget ? Pour le trajet, en ce qui nous concerne, l’essence et l’autoroute. Pour les hôtels, les deux que nous avons choisis affichaient entre 70 et 80 euros la nuit. On peut trouver un peu moins cher. Pour être complètement honnête, nous avons regretté d’avoir pris deux hôtels dans le centre de Begur. La prochaine fois, nous opterons pour des établissements près de l’eau. La nourriture : environ 20 euros par personne le midi, 15 le soir mais en pique-niquant le budget peut-être moindre.

ITINÉRAIRE

Nous sommes arrivés en fin d’après-midi à Begur à l’hôtel El petit Covent . Un charmant établissement dont le petit-déjeuner, compris dans le prix de la chambre, est plutôt varié et copieux. Le soir, nous sommes allés nous promener dans les rues de Begur et manger dans un restaurant de Tapas sur la place centrale du village. Le lendemain, nous sommes partis déplier notre serviette sur la plage d’Aiguablava.

Begur

Le stationnement coûte 3 euros. L’eau de cette crique est cristalline, extrêmement agréable mais je pense qu’en plein été, elle doit être littéralement bondée. Vers midi, nous avons décidé de rejoindre Calella de Palafrugell. Ce village est enchanteur. Les maisons blanches, les volets bleus, les façades dont la peinture s’écaillent légèrement. Tout encourage au repos et à la détente.

DSC_0575DSC_0583DSC_0589DSC_0594

Il y a plusieurs plages : En Calau, à quelques centimètres des restaurants et du centre ville, Port Pelegrí, mais notre préférée reste celle qui se trouve avant le sentier qui mène à Llafranc : Sant Roc o Els Canyers. L’eau y est transparente mais c’est surtout les anciens portiques des pêcheurs colorées qui participent à sa beauté et à sa photogénie. A quelques mètres de là, se trouve une adresse dont nous raffolons : le bar des trois pins. Il offre une vue incroyable sur Calella, les tapas sont abordables et bons, les cocktails – mention spéciale pour le mojito fraise – sont délicieux. La promenade ombragée qui mène à Llafranc déroule une suite de paysages magnifiques : bleu turquoise, bateaux qui se balancent au rythme des vagues, côte rocheuse. La plage de Llafranc, cependant, n’est pas fantastique. On lui préfère, sans difficulté aucune, les plages de Calella. Le soir, nous rejoignons Begur et la piscine naturelle de la plage Fonda ainsi que Fonda elle-même où nous avons pique-niqué. Le soir, direction notre deuxième hôtel : Club Hotel Begur pour lequel nous sommes moins enthousiastes. 

Piscina natural Platja Fonda

Platja fonda

Le lendemain et dernier jour, nous marchons vers la platja de l’Illa Roja (naturiste, précisons-le) Impressionnante en raison de l’immense roc qui trône au centre de celle-ci. Puis, en voiture, nous rejoignons la platja Sa Tuna qui est notre coup de coeur du week-end. Des maisons, à nouveau, blanches, une crique et une eau transparente. Une vraie beauté. Et cette impression, toujours aussi intense, d’être sur une île plus ou moins lointaine.

Sa Tuna

Notre dernière halte se fait au restaurant Cap Sa Sal. C’est mon amie d’instagram Maka (les lubliesdeMaka) qui nous l’avait chaudement recommandé. Le menu du midi à 23 euros n’est pas excessif au regard de la qualité des produits et de la vue vue incroyable sur la mer Méditerranée. Rien  à redire sur le service. Nous sommes arrivés sans avoir réservé, le restaurant était complet et, néanmoins, et on nous a proposé une table avec la condition d’avoir terminé notre repas avant 14 heures.

Carrer Cap Sa Sal, 24

Pour finir, je te partage une petite vidéo de ce joli week-end.