L’analphabète qui savait compter de Jonas Jonasson

image

« Statistiquement, la probabilité qu’une analphabète née dans les années 1960 à Soweto grandisse et se retrouve un jour enfermée dans un camion de pommes de terre en compagnie du roi de Suède et de son Premier ministre est d’une sur quarante-cinq milliards six cent soixante-six millions deux cent douze mille huit cent dix.

Selon les calculs de ladite analphabète. »

Voici la manière dont commence le deuxième roman de Jonas Jonasson intitulé : L’analphabète qui savait compté, publié en 2013. (article sur son premier roman : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire juste ici) Le ton est donné.

L’histoire est celle de Nombeko Mayeki, née dans le plus grand ghetto d’Afrique du Sud, qui possède un véritable don : celui de manier prodigieusement les nombres. C’est grâce à cette incroyable faculté qu’elle va parvenir à quitter la misère qui est la sienne et parcourir le monde. Lors de son périple, son chemin croisera celui de deux frères physiquement identiques mais moralement opposés, d’une jeune fille furieuse, d’un potier paranoïaque, …

Jonas Jonasson reprend les ingrédients qui ont fait de son premier roman une réussite : personnage principal charismatique, personnages secondaires loufoques, situations concasses et invraisemblables et nous offre un récit divertissant, extrêmement bien écrit  que l’on termine avec grand regret.

Publicités

Quand j’avais cinq ans je m’ai tué d’Howard Buten

image

« J’avais quelque chose de cassé à l’intérieur, je sentais ça dans mon ventre et je savais pas quoi faire. Alors je m’ai couché par terre. J’ai tordu le doigt avec lequel faut pas montrer et je l’ai appuyé contre ma tête. Et puis j’ai fait poum avec mon pouce et je m’ai tué. »

Quand j’avais cinq ans je m’ai tué. On connaît presque tous le titre de ce roman, reconnaissable grâce à son  immanquable faute de conjugaison ! L’histoire qui y est contée est celle de Gil, un petit garçon, fou amoureux de Jessica. Un jour, il est accusé de lui avoir fait du mal et sans vraiment comprendre pourquoi il se retrouve enfermé dans un hôpital psychiatrique.

La force de ce livre réside dans le la candeur de Gil qui met en évidence l’idiotie des adultes qui préfèrent condamner un enfant plutôt que de tenter de comprendre l’origine de ses actes. Plein de tendresse, ce roman est à découvrir. C’est dans le deuxième volet Le cœur sous le rouleau compresseur que Gil va entreprendre de retrouver Jessica, à sa sortie de l’hôpital,  au sein d’un récit toujours aussi captivant. 

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Fêter ses 100 ans dans une maison de retraite ?

Très peu pour Allan, notre sympathique centenaire. Ni une, ni deux, il s’échappe par une fenêtre ouverte et le voici se rendant dans une gare dans le but de prendre un bus qui l’éloignerait de tous les petits vieux avec lesquels il cohabitait alors. Cependant, tandis qu’il pénètre dans la gare, un type plutôt louche lui demande de garder une grosse valise le temps qu’il aille se soulager un peu. Le type louche tarde à revenir et notre centenaire, désireux de ne pas rater son bus décampe … avec la fameuse valise. Va s’en suivre une formidable course poursuite, Allan rejoint dans sa fuite par plusieurs personnages qui vont décidemment constituer une drôle de bande. En parallèle, le lecteur découvre les aventures d’Allan durant sa jeunesse et sa cocasse responsabilité dans de nombreuses catastrophes des XXe et XXIe siècles.

image

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est resté une année entière en tête des ventes des librairies et il mérite très amplement son succès. Il possède tous les ingrédients d’un roman passionnant : humour, péripéties en tout genre, personnages délirants. Un incontournable de votre bibliothèque.